Projets

La ville en un souffle

La ville en un souffle

En 2011, pas moins de 1 300 participants se sont réunis pour concevoir, construire et habiter une ville formée de textile et d’air : la ville en un souffle, formée d’architectures légères assemblées les unes aux autres, révélatrice d’un travail d’équipe soigné.

L'air comme
matière

Cette édition a nécessité l’étude en amont de la production industrielle du film PVC, de la particule de matière au rouleau calandré, la réalité de son recyclage, ses usages et ses contraintes techniques de production. Toutes ces informations sont autant de données prises en compte dans l’élaboration du festival et sa préparation.

Conférences

Un cycle de conférences accueillant 8 intervenants est venu parler  l’architecture gonflable dans plusieurs écoles partenaires en amont du festival. Par la suite, 4 architectes spécialistes du gonflable se sont impliqués comme parrains de l’événement : Hans Walter Muller (France), José-Miguel de Prada Poole (Espagne), Gilles Ebersolt (France) et Xavier Juillot (France).

Workshops

Dans une logique de recherche, Bellastock a développé un prototype, témoin direct et réaliste de la construction en gonflables. Ce processus a permis de prendre conscience des caractéristiques techniques et matérielles, liées à la mise en oeuvre et à la matière. Des infrastructures ont été réalisées lors de workshops organisés dans les différentes écoles partenaires. Autant d’occasions de participer à la conception, l’expérimentation et la concrétisation du projet de la ville en un souffle.

Réemploi

Après le festival et grâce aux partenariats culturels mis en place tout au long de l’année 2011, certaines structures construites lors de la ville en un souffle ont pu être réemployées à l’occasion de workshops et d’événements. Pour Banc Public par exemple, organisé par le CNEAI sur l’Ile des Impressionnistes (Chatou 78), nous avons animé un atelier pédagogique à l’intérieur même d’un gonflable construit pendant le festival.

Vivre
La ville en un souffle

Le site du festival

L’édition 2011 du festival Bellastock a lieu sur le site d’un port en chantier, dans la commune de Bruyères-sur-Oise.

48h de chantier

Le festival se déroule dans un premier temps dans un hangar. Abrités du vent, du sable et de la pluie les participants ont pu construire dans les conditions nécessaires les patrons de leurs habitats à partir des bâches qui leurs étaient dédiées.

Transhumance

L’enjeux du projet était de concevoir un objet architectural capable de s’intégrer à la ville en un souffle capable d’être  autonome et nomade. L’idée était aussi de penser l’après-festival et de s’interroger sur le caractère mobile et réutilisable de cette architecture. La «transhumance» des structures gonflables, du hangar au site d’implantation sur une route de 500 m a donné une première impression du potentiel nomade des structures.

Plan mou

Architecture molle et informe, la structure gonflable prend sens dès lors qu’elle se tend sous l’effet de la pression. Contrairement à d’autres techniques constructives, la progression des constructions dans leurs rapport à l’ensemble n’est pas directement visible. Le «plan mou» consiste à la mise en place des structures dégonflées sur le site d’implantation de la ville. La contrainte collective à la fois poétique et technique était d’assurer la transmission de l’air sous pression d’une structure à l’autre. Cette mise en réseau a demandé un effort collectif  pour évaluer la place de son volume vis-à-vis des autres. Les projets étaient dès le départ connectés les uns aux autres pour former une architecture urbaine dont la survie dépend d’une unique source d’air soufflée.

 

Pour revivre en vidéo la ville en un souffle :

 

Photos : Bellastock, Alexis Leclerc

MÉDIAS
Partenaires