Projets

Étude pour la DHUP

Étude pour la DHUP

La Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages a demandé à Bellastock de réaliser une étude de faisabilité pour l’optimisation et la massification du réemploi d’éléments de construction en France. Cette étude quantifie et qualifie les besoins de toutes les parties prenantes du réemploi dans le secteur de la construction. Elle a permis d’établir les objectifs, un plan d’actions et un pré-dimensionnement du rôle à jouer d’une coordination technique nationale et du réseau des centres de ressources du Plan Bâtiment Durable dans les territoires.

Projet

Identifié comme l’un des principaux leviers pour prévenir la création de déchets dans le domaine de la construction, le réemploi de matériau constitue une priorité pour la transition écologique du bâti. Les processus de réemploi font aujourd’hui l’objet de nombreuses études à l’échelle territoriale, nationale et européenne. Ils sont à l’origine d’initiatives économiques innovantes qui permettent de les tester à grande échelle dans le cadre d’opérations pilotes ambitieuses.

Ces actions conservent toutefois un caractère exceptionnel qui traduit l’existence de freins, autant culturels que réglementaires, techniques, économiques ou territoriaux, qui s’opposent à leur généralisation. Pour autant, elles participent au changement de paradigme de la transition écologique et solidaire dans le champ du bâtiment, mettant en système des actions techniques, sociales et comportementales de l’acte de construire qui oeuvre pour une transition éco-responsable à un échelon territorial.

Dans la continuité des recherches REPAR #1 et #2, cette étude de faisabilité a pour objectif de : proposer un cadre à même de fédérer les acteurs du bâtiment :
• Autour d’une gestion partagée des ressources techniques propices au réemploi de
matériaux ;
• En vue d’optimiser et de massifier les opérations de réemploi dans la construction.

L’enjeu est la mise en place d’un dialogue technique pour la constitution d’une expertise commune aux acteurs du bâtiment, dans leur diversité. Celui-ci doit fournir une base solide pour aborder d’une part l’adaptation du cadre réglementaire et normatif nécessaire à une montée en puissance des actions de réemploi et d’autre part la montée en compétence des acteurs à même de commander, prescrire, évaluer, assurer et mettre en oeuvre le réemploi.

L’étude est constituée de trois parties :

• Un état des lieux des actions et des acteurs actuellement menées,
• Le dimensionnement d’un cadre structurel innovant
• Le plan des actions prioritaires pour enclencher optimisation et massification du réemploi

 

 

Réalisations :

• Etude de faisabilité pour l’optimisation et la massification du réemploi d’éléments de construction en France

Partenaires techniques :

Commanditaire : Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages

 

Responsable de projet : Julie Benoit
Docs