bs14_waterworldfrance_festival-0160-copie

LA CRÉATION D’UNE FICTION URBAINE

Les infrastructures de vie collective (cuisines, douches, lieux de spectacle, etc.) et les réseaux de logistique urbaine sont installés en amont du festival, apportant aux participants l’environnement adéquat à la construction de leurs propres structures. Imaginées avec des étudiants et des spécialistes lors de tables rondes et de workshops, les infrastructures ont vocation à perdurer afin d’être réutilisées sur d’autres projets ou événements.

PÉDAGOGIE LIBRE

Lors de cet événement les participants, essentiellement des étudiants du secteur architectural et artistique, vivent quelques jours sur un site dédié à la formation libre, propice à l’expression totale de leur créativité. Ce moment de confrontation à la construction grandeur réelle est unique au cours de leurs études.

La création des structures éphémères débute lors d’une première phase de conception cadrée par un dossier d’inscription. Lors du festival, les participants sont alors confrontés à la matière et aux réalités de la construction. Il s’agit d’un temps d’expérimentation autour des techniques de mise en œuvre et d’assemblage, durant lequel les projets sont retravaillés et réadaptés par rapport à leur conception initiale.

Pour les bénévoles qui prennent part à l’organisation, le festival permet de développer des expertises concrètes sur des procédés architecturaux innovants, la préfiguration des usages, le processus de connaissance d’un territoire, le cycle de la matière et le réemploi.

Le festival est un moment de sensibilisation aux problématiques constructives et urbaines ainsi qu’un moment de partage et de questionnement sur les modes de vies contemporaines et la construction collective des espaces publics.

BS14_WWF_SAd_0909DIAGNOSTIC TERRITORIAL

Le festival prend place sur un site choisi, différent d’une année à l’autre. Il peut s’agir d’une friche abandonnée, vouée à se transformer ou à disparaître. Le festival offre l’opportunité d’expertiser ce territoire. On l’arpente, on y teste des usages, des fonctions, et on en tire des conclusions. Des idées émergent et servent de support à de la prospective.

UNE DÉMARCHE ENVIRONNEMENTALE ET PARTICIPATIVE

Le festival se veut manifeste d’une perspective de développement durable, en créant des systèmes le rendant économe en énergies et en réduisant son impact environnemental. Il est aussi l’occasion d’explorer les cycles de la matière et du projet et d’expérimenter leurs mises en œuvre. Lors de la préparation du festival des recherches et des tests constructifs sont menés sur les matériaux proposés aux participants ou utilisées lors de la construction des infrastructures. Depuis 2013, L’ensemble des repas assurés pendant le festival est pris en charge par l’association Disco Soupe qui cuisine à partir de rebus de l’industrie alimentaire.

Chaque année un cycle de conférences est organisé en amont, donnant la parole à des spécialistes de la thématique. Un temps d’ouverture au public est également mis en place afin de transmettre et d’échanger sur le travail mené. Le festival devient alors un lieu de communication, de rencontres culturelles et d’échanges. Une programmation culturelle en lien avec la thématique et des enjeux territoriaux est également mise en place avec les associations locales et les partenaires.

La démarche est collaborative et se construit avec un grand nombre d’acteurs : étudiants, jeunes professionnels, spécialistes de la mobilité, acteurs du territoire, partenaires associatifs et pédagogiques…